Présentation du gala d’ouverture du Festival Mondial

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) et le choeur du festival mondial, sous la direction de Pierre Hétu, participent à la création. Par la suite, on verra se produire à la Place des Arts des formations et des interprètes internationaux dont l’opéra de Vienne, le chef d’orchestre Herbert von Karajan et la Scala de Milan, le violoncelliste Henry Szeryng, le chef d’orchestre Karl Böhm et l’Orchestre philarmonique de Vienne, le réalisateur et metteur en scène Ingmar Bergman et l’opéra de Stockolm. 
En plus des concerts offerts à la Place des arts, plus de 6 000 concerts gratuits sont donnés sur le site de l’Expo 67. C’est une occasion pour les musiciens et le public québécois de découvrir les musiques du monde et les récentes explorations de la musique contemporaine ainsi que d’entendre des interprétations historiques des grandes oeuvres du répertoire classique. Pour les compositeurs québécois, Expo 67 est également l’occasion de se définir et de sonder de nouveaux territoires musicaux. Pour le pavillon des Jeunesses musicales du Canada (JMC) intitulé « L’homme et les régions polaires », Serge Garant élabore une musique d’environnement à l’aide de l’enregistrement d’une vingtaine d’instruments acoustiques. Otto Joachim compose l’oeuvre électronique « Katimavik » pour le Pavillon du Canada et Gilles Tremblay présente une oeuvre électroacoustique basée sur l’enregistrement de bruits typiques du Québec au Pavillon du Québec. Ces trois créateurs se rejoignent en ce qu’ils sont parmi les premiers au Canada à écrire des oeuvres d’environnement destinées à être continuellement entendues dans un espace donné. Les explorations de ces compositeurs permettront « d’ébranler l’assurance tranquille qu’avait procurée jusqu’alors aux compositeurs d’ici l’adhésion aux courants esthétiques européens. À leur tour, des jeunes créateurs tentent, par leurs découverte des expériences musicales issues de l’école de Cage, d’inventer un monde sonore et de créer un geste musical à résonance sociale. » Notons également que le compositeur français d’origine grecque Iannis Xenakis présente le « Polytope de Montréal », oeuvre alliant musique et lumières, au centre du Pavillon de la France. 
Expo 67 sera le théâtre d’un grand nombre de créations d’oeuvres canadiennes comme « Suite Pantomime » de Jean Chatillon, « Contrastes » d’Otto Joachim, « Phrases I » et « Asymétries No 2 » de Serge Garant et « Dialogues » de Jean Papineau-Couture. Le saxophoniste et compositeur Walter Boudreau, le Quintette de cuivres de Montréal, l’OSM, l’Orchestre Symphonique de la Société Radio-Canada, l’Ensemble vocal Chantal-Masson, le Petit ensemble vocal, l’Ensemble les petits violons, la pédagogue et communicatrice Maryvonne Kendergi, le Groupe de la Place Royale, les Grands ballets canadiens, la Société de musique contemporaine du Québec et le Ballet national du Canada participeront d’une façon ou d’une autre à l’Expo 67. Enfin, les Jeunesses musicales du Canada organiseront pour l’occasion le 21e congrès de la Fédération internationale des Jeunesses musicales ainsi que trois concours nationaux pour interprètes (piano, violon et chant) et un concours international de composition. Ces concours seront remportés par le pianiste Robert Silverman, le violoniste Andrew Dawes, la soprano lyrique Annon Lee Silver et le compositeur autrichien Josef Maria Horvath.L’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) et le choeur du festival mondial, sous la direction de Pierre Hétu, participent à la création. Par la suite, on verra se produire à la Place des Arts des formations et des interprètes internationaux dont l’opéra de Vienne, le chef d’orchestre Herbert von Karajan et la Scala de Milan, le violoncelliste Henry Szeryng, le chef d’orchestre Karl Böhm et l’Orchestre philarmonique de Vienne, le réalisateur et metteur en scène Ingmar Bergman et l’opéra de Stockolm. 
En plus des concerts offerts à la Place des arts, plus de 6 000 concerts gratuits sont donnés sur le site de l’Expo 67. C’est une occasion pour les musiciens et le public québécois de découvrir les musiques du monde et les récentes explorations de la musique contemporaine ainsi que d’entendre des interprétations historiques des grandes oeuvres du répertoire classique. Pour les compositeurs québécois, Expo 67 est également l’occasion de se définir et de sonder de nouveaux territoires musicaux. Pour le pavillon des Jeunesses musicales du Canada (JMC) intitulé « L’homme et les régions polaires », Serge Garant élabore une musique d’environnement à l’aide de l’enregistrement d’une vingtaine d’instruments acoustiques. Otto Joachim compose l’oeuvre électronique « Katimavik » pour le Pavillon du Canada et Gilles Tremblay présente une oeuvre électroacoustique basée sur l’enregistrement de bruits typiques du Québec au Pavillon du Québec. Ces trois créateurs se rejoignent en ce qu’ils sont parmi les premiers au Canada à écrire des oeuvres d’environnement destinées à être continuellement entendues dans un espace donné. Les explorations de ces compositeurs permettront « d’ébranler l’assurance tranquille qu’avait procurée jusqu’alors aux compositeurs d’ici l’adhésion aux courants esthétiques européens. À leur tour, des jeunes créateurs tentent, par leurs découverte des expériences musicales issues de l’école de Cage, d’inventer un monde sonore et de créer un geste musical à résonance sociale. » Notons également que le compositeur français d’origine grecque Iannis Xenakis présente le « Polytope de Montréal », oeuvre alliant musique et lumières, au centre du Pavillon de la France. 
Expo 67 sera le théâtre d’un grand nombre de créations d’oeuvres canadiennes comme « Suite Pantomime » de Jean Chatillon, « Contrastes » d’Otto Joachim, « Phrases I » et « Asymétries No 2 » de Serge Garant et « Dialogues » de Jean Papineau-Couture. Le saxophoniste et compositeur Walter Boudreau, le Quintette de cuivres de Montréal, l’OSM, l’Orchestre Symphonique de la Société Radio-Canada, l’Ensemble vocal Chantal-Masson, le Petit ensemble vocal, l’Ensemble les petits violons, la pédagogue et communicatrice Maryvonne Kendergi, le Groupe de la Place Royale, les Grands ballets canadiens, la Société de musique contemporaine du Québec et le Ballet national du Canada participeront d’une façon ou d’une autre à l’Expo 67. Enfin, les Jeunesses musicales du Canada organiseront pour l’occasion le 21e congrès de la Fédération internationale des Jeunesses musicales ainsi que trois concours nationaux pour interprètes (piano, violon et chant) et un concours international de composition. Ces concours seront remportés par le pianiste Robert Silverman, le violoniste Andrew Dawes, la soprano lyrique Annon Lee Silver et le compositeur autrichien Josef Maria Horvath. Source : Recherche effectuée dans le cadre du projet « Données sur l’histoire de la création musicale au Québec, 1940-2000 (chronologie et bibliographie) », un projet subventionné par le FCAR. (citation extraite de) Marie-Thérèse Lefebvre, « L’influence de John Cage au Québec : Résistances et convergences », Les Cahiers de l’ARMuQ, no 14, mai 1992, p.96.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...