Présentation du rapport de la Commission de travail sur le logement et le développement urbain

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Trois mois plus tard, le 24 avril, Hellyer quittera le cabinet du premier ministre pour protester contre l’absence de support reçu par le rapport que sa commission a déposé en janvier. Dans le communiqué que les médias publient le lendemain, il affirme : « On manque d’initiative, à mon sens, lorsqu’il s’agit de recourir aux pouvoirs fédéraux pour régler des questions telles que celles du logement, de la pollution, de l’inflation et de l’aménagement urbain. » Malgré sa démission du cabinet, Hellyer ne manifeste pas pour le moment le désir de quitter le Parti libéral.Trois mois plus tard, le 24 avril, Hellyer quittera le cabinet du premier ministre pour protester contre l’absence de support reçu par le rapport que sa commission a déposé en janvier. Dans le communiqué que les médias publient le lendemain, il affirme : « On manque d’initiative, à mon sens, lorsqu’il s’agit de recourir aux pouvoirs fédéraux pour régler des questions telles que celles du logement, de la pollution, de l’inflation et de l’aménagement urbain. » Malgré sa démission du cabinet, Hellyer ne manifeste pas pour le moment le désir de quitter le Parti libéral. Source : La Presse, 25 avril 1989, p.1-2. L’Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.1159.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...