Printemps de soubresauts et de caprices

, par Jean Provencher

Un poète, qui signe simplement Petit Courrier, se sentait l’âme à parler du printemps québécois. Il propose ses vers au journal Le Progrès du Golfe, qui les publie le 24 avril 1908. Le printemps qui commence aux enfants est pareil : Les rires avec les pleurs alternent à son réveil. La température folichonne des derniers jours […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2015/04/2...