Projet de loi 96 : la Fondation demande au gouvernement d’en faire plus

, par Prune Paycha, responsable du marketing et des communications

Aujourd’hui, mardi 28 septembre 2021, la Fondation présentait devant la commission parlementaire son mémoire sur le projet de loi 96, Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français. À travers huit recommandations fortes, la Fondation entend attirer l’attention du gouvernement sur les outils indispensables pour redresser la situation du français et lui assurer un avenir prometteur.



La langue française et la culture québécoise se sont maintenues et ont été réservées au prix d’immenses efforts et d’une résistance admirable. Il est de notre devoir collectif de susciter un engagement fait de fierté face à cet héritage et à ce que nous sommes. Ce projet de loi constitue un important jalon, assurons-nous qu’il dispose de tous les outils requis et qu’il s’inscrive dans une action gouvernementale plus large visant à protéger, promouvoir et soutenir le rayonnement de la nation québécoise.

Les recommandations de la Fondation

  • Appliquer la loi 101 au niveau collégial sauf pour les ayants droit de la communauté anglophone.
  • Mettre en place un chantier de réflexions sur l’évolution du financement des institutions postsecondaires en relation avec le poids démographique d’une part de la population francophone et allophone du Québec et d’autre part de la communauté anglophone historique (ayants droit).
  • Durant cette réflexion, imposer un moratoire sur les projets d’expansion du collège Dawson et de l’université McGill.
  • Lancer un chantier d’étude et d’action, de concert avec divers partenaires internationaux, sur la place du français dans le monde de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la science.
  • Réserver les services de l’État en anglais seulement aux ayants droit de la communauté anglophone et prévoir une période transitoire de deux ans pour que tous les autres citoyens soient servis en français.
  • Revoir le financement des institutions pour tenir compte du poids démographique d’une part des populations francophone et allophone et d’autre part des ayants droit de la communauté anglophone.
  • Adopter une politique ambitieuse de développement culturel axée sur la langue française et la convergence culturelle qui inclurait le rapatriement au Québec de pouvoirs en matière de culture et de communications.
  • Lancer une vaste campagne de sensibilisation et de promotion de l’usage et de la qualité du français en misant sur la participation active et coordonnée des organismes de la société civile (associations, syndicats, entreprises, ordres professionnels, etc.)

-* Télécharger le mémoire de la Fondation

Mémoire de la Fondation Lionel-Groulx sur le projet de loi n°96

Voir en ligne : https://www.fondationlionelgroulx.o...