Québec entend faire appel à la sous-traitance, dans la réingénérie

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Mme Jérome-Forget a précisé que Québec utilisera la sous-traitance dans le secteur public et ouvrira la porte à des partenariats public-privé. 
Selon elle, tous les ministères devront se demander s’ils peuvent donner leurs services à moindre coût. 
Elle a rappelé que les ministères devront questionner la pertinence de chacun des programmes dont ils ont la responsabilité. 
La ministre Jérôme-Forget a précisé que Québec lancerait bientôt des appels d’offre, afin que des consultants privés soient mandatés pour examiner le fonctionnement des ministères. Ces entreprises seraient ensuite appelées à formuler des recommandations afin de modifier les façons de faire du gouvernement. 
Elle invite même les citoyens à être plus exigeants envers les services gouvernementaux. 
La ministre indique aussi que l’établissement d’un gouvernement en ligne permettra de faire des économies, puisque les citoyens pourront transiger avec le gouvernement sans intermédaire, par Internet. Un comité a été créé afin de concrétiser la mise en ligne de plus de services gouvernementaux. 
Mme Jérôme-Forget se défend de détruire l’Etat avec son programme de réingénérie. Elle soutient même que les fonctionnaires démontrent de l’enthousiasme à ce sujet. Elle réfute que cette action entraîne des pertes d’emplois massives dans la fonction publique. 
Au contraire, la ministre indique que 40 pour cent des employés du secteur public prendront leur retraite d’ici 10 ans, ce qui laissera beaucoup place à de nouveaux employés. 
Mme Jérome-Forget a précisé que Québec utilisera la sous-traitance dans le secteur public et ouvrira la porte à des partenariats public-privé. 
Selon elle, tous les ministères devront se demander s’ils peuvent donner leurs services à moindre coût. 
Elle a rappelé que les ministères devront questionner la pertinence de chacun des programmes dont ils ont la responsabilité. 
La ministre Jérôme-Forget a précisé que Québec lancerait bientôt des appels d’offre, afin que des consultants privés soient mandatés pour examiner le fonctionnement des ministères. Ces entreprises seraient ensuite appelées à formuler des recommandations afin de modifier les façons de faire du gouvernement. 
Elle invite même les citoyens à être plus exigeants envers les services gouvernementaux. 
La ministre indique aussi que l’établissement d’un gouvernement en ligne permettra de faire des économies, puisque les citoyens pourront transiger avec le gouvernement sans intermédaire, par Internet. Un comité a été créé afin de concrétiser la mise en ligne de plus de services gouvernementaux. 
Mme Jérôme-Forget se défend de détruire l’Etat avec son programme de réingénérie. Elle soutient même que les fonctionnaires démontrent de l’enthousiasme à ce sujet. Elle réfute que cette action entraîne des pertes d’emplois massives dans la fonction publique. 
Au contraire, la ministre indique que 40 pour cent des employés du secteur public prendront leur retraite d’ici 10 ans, ce qui laissera beaucoup place à de nouveaux employés. 
Source : La Presse Canadienne
Actualités nationales, dimanche 14 septembre 2003

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...