Ratification d’une entente avec des représentants de quatre communautés Innues

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Des délais de deux à trois ans sont prévus avant que l’entente ne fasse l’objet d’une signature officielle. Le document touche plusieurs revendications traditionnelles des Innus : la délimitation de leur territoire, la reconnaissance de leurs droits ancestraux et le versement de redevances sur l’exploitation de leurs ressources naturelle. Des questions litigieuses restent encore en suspens, tant du côté des blancs que des autochtones, ce qui n’empêche pas les représentants gouvernementaux, le ministre fédéral des Affaires indiennes, Andy Mitchell, et le ministre québécois délégué aux Affaires autochtones, Benoît Pelletier, d’être optimistes. Aux yeux de ce dernier : « Le processus est loin d’être terminé, mais il est bien entamé. » Il faut toutefois souligner que seulement quatre des neuf communautés Innues -Betsiamites, Essipit, Nutashkuan, Mashteuiatsh- ont ratifié l’entente de principe qui fera encore l’objet de nombreuses consultations.

Des délais de deux à trois ans sont prévus avant que l’entente ne fasse l’objet d’une signature officielle. Le document touche plusieurs revendications traditionnelles des Innus : la délimitation de leur territoire, la reconnaissance de leurs droits ancestraux et le versement de redevances sur l’exploitation de leurs ressources naturelle. Des questions litigieuses restent encore en suspens, tant du côté des blancs que des autochtones, ce qui n’empêche pas les représentants gouvernementaux, le ministre fédéral des Affaires indiennes, Andy Mitchell, et le ministre québécois délégué aux Affaires autochtones, Benoît Pelletier, d’être optimistes. Aux yeux de ce dernier : « Le processus est loin d’être terminé, mais il est bien entamé. » Il faut toutefois souligner que seulement quatre des neuf communautés Innues -Betsiamites, Essipit, Nutashkuan, Mashteuiatsh- ont ratifié l’entente de principe qui fera encore l’objet de nombreuses consultations.

Source : Le Devoir, 1er avril 2004, p.A2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...