Ratification d’une entente de principe par les employés de Rio Tinto Alcan

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Troisième société minière sur la scène internationale, le géant Rio Tinto Alcan, leader mondial en production d’aluminium, met ses 780 employés d’Alma en lock-out pendant la période des Fêtes, une décision qui suscite de fortes réactions. Pour le Syndicat des Métallos, affilié à la Fédération des travailleurs du Québec, un des enjeux majeurs est le recours de l’entreprise à la sous-traitance, avec des salaires inférieurs, pour remplacer les retraités. L’impact économique de cet arrêt de travail fait mal à la région. Plusieurs marches et manifestations sont mises sur pied en soutien aux ouvriers, mais l’impasse persiste, les négociations étant rompues pendant des mois avant qu’un conciliateur du ministère du Travail n’intervienne à la fin de mai. Les tensions sont même ravivées par l’annonce que Rio Tinto vend ses surplus d’électricité à Hydro-Québec, ce qui lui permet d’encaisser des sommes importantes. Pendant ce temps, la production se poursuit au tiers de la capacité des usines grâce aux cadres qui sont au travail. Une entente de principe est finalement ratifiée le 5 juillet par les travailleurs. Malgré des compromis, le syndicat se réjouit d’avoir obtenu un cadre sur la sous-traitance et la confirmation qu’il n’y aura pas de suppression d’emplois.Troisième société minière sur la scène internationale, le géant Rio Tinto Alcan, leader mondial en production d’aluminium, met ses 780 employés d’Alma en lock-out pendant la période des Fêtes, une décision qui suscite de fortes réactions. Pour le Syndicat des Métallos, affilié à la Fédération des travailleurs du Québec, un des enjeux majeurs est le recours de l’entreprise à la sous-traitance, avec des salaires inférieurs, pour remplacer les retraités. L’impact économique de cet arrêt de travail fait mal à la région. Plusieurs marches et manifestations sont mises sur pied en soutien aux ouvriers, mais l’impasse persiste, les négociations étant rompues pendant des mois avant qu’un conciliateur du ministère du Travail n’intervienne à la fin de mai. Les tensions sont même ravivées par l’annonce que Rio Tinto vend ses surplus d’électricité à Hydro-Québec, ce qui lui permet d’encaisser des sommes importantes. Pendant ce temps, la production se poursuit au tiers de la capacité des usines grâce aux cadres qui sont au travail. Une entente de principe est finalement ratifiée le 5 juillet par les travailleurs. Malgré des compromis, le syndicat se réjouit d’avoir obtenu un cadre sur la sous-traitance et la confirmation qu’il n’y aura pas de suppression d’emplois. Source : http://www.lapresse.ca/le-quotidien/campagne-2012/201207/02/01-4539986-rio-tinto-alcan-entente-de-principe-a-lusine-alma.php  ;
http://www.industriall-union.org/fr/un-lock-out-de-six-mois-au-quebec-prend-fin-par-un-accord

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...