Réélection d’Adhémar Raynault à la mairie de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Ce troisième mandat de Raynault, qui avait été maire entre 1936 et 1939, sera sans éclat. Le seul dossier chaud pendant cette période de guerre est la question des bordels de Montréal. Pendant l’hiver 1944, des officiers de l’Armée canadienne convoquent Raynault pour lui demander de fermer les maisons de débauche, sous peine de voir Montréal devenir une zone interdite aux soldats et boycottée par l’Armée. Réagissant à cette menace, Raynault met la police à la tâche, sans pour autant faire disparaître complètement la prostitution. Celui-ci soutiendra d’ailleurs quelques années plus tard que sa défaite aux élections du 11 décembre 1944 est en partie attribuable à la répression qu’il a exercée contre les maisons de prostitution.Ce troisième mandat de Raynault, qui avait été maire entre 1936 et 1939, sera sans éclat. Le seul dossier chaud pendant cette période de guerre est la question des bordels de Montréal. Pendant l’hiver 1944, des officiers de l’Armée canadienne convoquent Raynault pour lui demander de fermer les maisons de débauche, sous peine de voir Montréal devenir une zone interdite aux soldats et boycottée par l’Armée. Réagissant à cette menace, Raynault met la police à la tâche, sans pour autant faire disparaître complètement la prostitution. Celui-ci soutiendra d’ailleurs quelques années plus tard que sa défaite aux élections du 11 décembre 1944 est en partie attribuable à la répression qu’il a exercée contre les maisons de prostitution. Source : Charles V. Marsolais et al., Histoire des maires de Montréal, Montréal, VLB Éditeur, 1993, p.256-257.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...