Réélection de Jean Drapeau à la mairie de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Au cours de la campagne, Jean Drapeau
attaque le FRAP en mettant l’emphase sur ses liens avec le mouvement terroriste. Présidé par Paul Cliche, celui-ci subit les contrecoups de cette association et ne réussit à faire élire aucun de ses 31 candidats au poste de conseiller. En fait, il s’agit d’un balayage en règle pour le Parti civique qui rafle les 52 sièges à l’enjeu. Le succès de Jean Drapeau
est tout aussi éloquent. Plus de 91 % des électeurs, soit environ 310 000 Montréalais, lui réitèrent leur confiance. Étrangement, il s’agit, en terme de pourcentage, d’une baisse d’appui à Drapeau qui avait récolté 94,4 % des voix lors de l’élection municipale de 1966.Au cours de la campagne, Jean Drapeau
attaque le FRAP en mettant l’emphase sur ses liens avec le mouvement terroriste. Présidé par Paul Cliche, celui-ci subit les contrecoups de cette association et ne réussit à faire élire aucun de ses 31 candidats au poste de conseiller. En fait, il s’agit d’un balayage en règle pour le Parti civique qui rafle les 52 sièges à l’enjeu. Le succès de Jean Drapeau
est tout aussi éloquent. Plus de 91 % des électeurs, soit environ 310 000 Montréalais, lui réitèrent leur confiance. Étrangement, il s’agit, en terme de pourcentage, d’une baisse d’appui à Drapeau qui avait récolté 94,4 % des voix lors de l’élection municipale de 1966. Source : Le Devoir, 26 octobre 1970, p.1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...