Réélection de Jean Drapeau à la mairie de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Après la domination écrasante de Drapeau lors des élections de 1970, les résultats de 1974 démontrent que le maire a perdu quelques plumes, notamment à cause des premiers dérapages du dossier olympique. Montréal, qui doit présenter les Jeux de 1976, semble en effet avoir perdu le contrôle des coûts qui montent en flèche. Même la possibilité que le grand stade ne soit pas prêt à temps est sérieusement considérée. À un autre niveau, plusieurs préoccupations sociales sont au coeur du programme du RCM, ce qui explique en partie le fait qu’il récolte l’appui de plus de 100 000 des 255 000 Montréalais qui se sont prévalus de leur droit de vote. À la suite de cette élection, le RCM se retrouve avec 18 sièges au Conseil de ville de Montréal, le Parti civique de Drapeau avec 36 et le Parti Démocratie-Montréal avec 1. Satisfait par la percée du RCM, Couture déclare : « Drapeau se prédisait à lui-même une victoire sans précédent, il a ce soir une humiliation sans précédent ! » Visiblement déçu, le maire affirme pour sa part : « J’espère que le slogan disant qu’une forte opposition allait rendre le gouvernement municipal meilleur s’avérera vrai, mais rien ne le prouve encore et seul l’avenir le dira. »Après la domination écrasante de Drapeau lors des élections de 1970, les résultats de 1974 démontrent que le maire a perdu quelques plumes, notamment à cause des premiers dérapages du dossier olympique. Montréal, qui doit présenter les Jeux de 1976, semble en effet avoir perdu le contrôle des coûts qui montent en flèche. Même la possibilité que le grand stade ne soit pas prêt à temps est sérieusement considérée. À un autre niveau, plusieurs préoccupations sociales sont au coeur du programme du RCM, ce qui explique en partie le fait qu’il récolte l’appui de plus de 100 000 des 255 000 Montréalais qui se sont prévalus de leur droit de vote. À la suite de cette élection, le RCM se retrouve avec 18 sièges au Conseil de ville de Montréal, le Parti civique de Drapeau avec 36 et le Parti Démocratie-Montréal avec 1. Satisfait par la percée du RCM, Couture déclare : « Drapeau se prédisait à lui-même une victoire sans précédent, il a ce soir une humiliation sans précédent ! » Visiblement déçu, le maire affirme pour sa part : « J’espère que le slogan disant qu’une forte opposition allait rendre le gouvernement municipal meilleur s’avérera vrai, mais rien ne le prouve encore et seul l’avenir le dira. » Source : La Presse, 11 novembre 1974, p.1, A3, A6 et A8.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...