Réélection des libéraux de Lomer Gouin à l’Assemblée législative du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Cette sixième victoire consécutive pour les libéraux, la troisième pour Lomer Gouin
, est la moins contestée au Québec depuis les élections générales de 1904. La baisse de popularité des conservateurs, qui passent de 43,0% à 35,1% des voix par rapport au scrutin de 1912, est particulièrement évidente. Elle s’explique en partie par les prises de position du premier ministre Gouin contre le règlement 17 qui discrimine contre l’usage du français dans les écoles ontariennes. Ce règlement avait été adopté par le gouvernement conservateur à Ottawa, ce qui a joué contre les conservateurs.provinciaux, particulièrement auprès de l’électorat francophone.Cette sixième victoire consécutive pour les libéraux, la troisième pour Lomer Gouin
, est la moins contestée au Québec depuis les élections générales de 1904. La baisse de popularité des conservateurs, qui passent de 43,0% à 35,1% des voix par rapport au scrutin de 1912, est particulièrement évidente. Elle s’explique en partie par les prises de position du premier ministre Gouin contre le règlement 17 qui discrimine contre l’usage du français dans les écoles ontariennes. Ce règlement avait été adopté par le gouvernement conservateur à Ottawa, ce qui a joué contre les conservateurs.provinciaux, particulièrement auprès de l’électorat francophone. Source : Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain : de la Confédération à la crise (1867-1929), Montréal, Boréal Express, 1979, p.574-583. L’Encyclopédie du Canada, Montréal, Stanké, 2000, p. 1077-1079 et 1810.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...