Réélection des libéraux de Lomer Gouin à l’Assemblée législative du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Cette victoire, la septième consécutive pour les libéraux au Québec, est remportée par une marge très prononcée. Le Parti libéral récolte en effet 51,9% des voix contre seulement 17,0% pour le Parti conservateur. La loi conscriptionniste adoptée par les conservateurs fédéraux explique en partie cette domination du Parti libéral qui aurait été encore pire si de nombreux libéraux ne s’étaient présentés sous d’autres bannières. Les candidats ouvriers obtiennent même 9,7% des voix, alors que deux d’entre eux sont élus. Il s’agit des dernières élections générales pour le premier ministre Lomer Gouin
qui abandonnera son poste en 1920.Cette victoire, la septième consécutive pour les libéraux au Québec, est remportée par une marge très prononcée. Le Parti libéral récolte en effet 51,9% des voix contre seulement 17,0% pour le Parti conservateur. La loi conscriptionniste adoptée par les conservateurs fédéraux explique en partie cette domination du Parti libéral qui aurait été encore pire si de nombreux libéraux ne s’étaient présentés sous d’autres bannières. Les candidats ouvriers obtiennent même 9,7% des voix, alors que deux d’entre eux sont élus. Il s’agit des dernières élections générales pour le premier ministre Lomer Gouin
qui abandonnera son poste en 1920. Source : Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain : de la Confédération à la crise (1867-1929), Montréal, Boréal Express, 1979, p.574-583. L’Encyclopédie du Canada, Montréal, Stanké, 2000, p. 1077-1078 et 1810.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...