Réélection des libéraux de Robert Bourassa à l’Assemblée nationale du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Malgré un recul de quelques sièges pour les libéraux, il s’agit d’une deuxième victoire consécutive, et une quatrième en carrière, pour Robert Bourassa
. Il défait cette fois Jacques Parizeau
qui avait pris la tête du Parti québécois après le départ de Pierre Marc Johnson
. Comme en 1985, ces deux partis se partagent la grande majorité des voix. Une nouvelle formation, le Parti Égalité, vient cependant brouiller les cartes dans l’Ouest de Montréal en faisant élire quatre candidats (Robert Libman, Gordon Atkinson, Richard Holden, Neil Cameron). Ces gains, qui se font aux dépens du Parti libéral, se veulent une réaction à l’endroit des lois linguistiques adoptées par le gouvernement de Robert Bourassa
l’année précédente.Malgré un recul de quelques sièges pour les libéraux, il s’agit d’une deuxième victoire consécutive, et une quatrième en carrière, pour Robert Bourassa
. Il défait cette fois Jacques Parizeau
qui avait pris la tête du Parti québécois après le départ de Pierre Marc Johnson
. Comme en 1985, ces deux partis se partagent la grande majorité des voix. Une nouvelle formation, le Parti Égalité, vient cependant brouiller les cartes dans l’Ouest de Montréal en faisant élire quatre candidats (Robert Libman, Gordon Atkinson, Richard Holden, Neil Cameron). Ces gains, qui se font aux dépens du Parti libéral, se veulent une réaction à l’endroit des lois linguistiques adoptées par le gouvernement de Robert Bourassa
l’année précédente. Source : La Presse, 26 septembre 1989, p.1.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...