Remaniement du cabinet du premier ministre Lucien Bouchard

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les ministres concernés sont Jacques Brassard (Transports et leader parlementaire du gouvernement), Matthias Rioux (ministre du Travail et ministre responsable des Aînés), Roger Bertrand (ministre responsable des Services gouvernementaux), Jean-Pierre Jolivet (ministre des Régions), Joseph Facal (ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes), Nicole Léger (ministre déléguée à la Famille et à l’Enfance) et François Legault (ministre de l’Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie). Legault accède au Conseil des ministres sans avoir été élu député à l’Assemblée nationale. Il sera élu lors des élections générales tenues à la fin du mois de novembre. Malgré les contestations dont il est la cible, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Jean Rochon, reste en place. Cette décision, qui cause une petite surprise, est commentée de la façon suivante par le premier ministre Bouchard : « Je ne laisserai pas non plus certains démagogues avoir raison d’un Québécois (Rochon) qui a relevé un si grand défi. Contre les exagérations faciles et les récupérations partisanes, j’ai choisi le courage et la compétence de Jean Rochon. »

Les ministres concernés sont Jacques Brassard (Transports et leader parlementaire du gouvernement), Matthias Rioux (ministre du Travail et ministre responsable des Aînés), Roger Bertrand (ministre responsable des Services gouvernementaux), Jean-Pierre Jolivet (ministre des Régions), Joseph Facal (ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes), Nicole Léger (ministre déléguée à la Famille et à l’Enfance) et François Legault (ministre de l’Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie). Legault accède au Conseil des ministres sans avoir été élu député à l’Assemblée nationale. Il sera élu lors des élections générales tenues à la fin du mois de novembre. Malgré les contestations dont il est la cible, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Jean Rochon, reste en place. Cette décision, qui cause une petite surprise, est commentée de la façon suivante par le premier ministre Bouchard : « Je ne laisserai pas non plus certains démagogues avoir raison d’un Québécois (Rochon) qui a relevé un si grand défi. Contre les exagérations faciles et les récupérations partisanes, j’ai choisi le courage et la compétence de Jean Rochon. »

Source : Le Devoir, 24 septembre 1998, p.1.
http://www.assnat.qc.ca/fra/patrimoine/chronologie/chrono3.html

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...