Remaniement du cabinet du premier ministre du Canada, Stephen Harper

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Anticipé depuis quelques semaines, ce remaniement est présenté comme une réponse à deux urgences : redresser rapidement l’état des finances publiques et renforcer la sécurité du Canada contre une éventuelle attaque terroriste. Sur le plan économique, Harper mise sur Stockwell Day, un ex-ministre des Finances albertain. À la tête du Conseil du Trésor, il aura pour mandat de resserrer les dépenses de l’État afin que le gouvernement puisse respecter son engagement de ramener à zéro d’ici 5 ans le déficit prévu à 56 milliards de dollars pour 2009-2010. Au niveau de la sécurité, une priorité renouvelée avec l’échec récent d’un attentat terroriste aux États-Unis, le premier ministre confie à Vic Toews le portefeuille de la Sécurité publique. Enfin, l’ex-ministre des Travaux publics, Christian Paradis, accède au ministère des Ressources naturelles. Des dossiers chauds l’attendent, comme celui des sables bitumineux. Il s’agit d’une pomme de discorde entre l’Alberta, leur principal producteur, les mouvements écologistes, ainsi que les gouvernements d’autres provinces, comme le Québec et l’Ontario, qui souhaitent qu’un plus grand effort soit consacré à la lutte contre les gaz à effet de serre.Anticipé depuis quelques semaines, ce remaniement est présenté comme une réponse à deux urgences : redresser rapidement l’état des finances publiques et renforcer la sécurité du Canada contre une éventuelle attaque terroriste. Sur le plan économique, Harper mise sur Stockwell Day, un ex-ministre des Finances albertain. À la tête du Conseil du Trésor, il aura pour mandat de resserrer les dépenses de l’État afin que le gouvernement puisse respecter son engagement de ramener à zéro d’ici 5 ans le déficit prévu à 56 milliards de dollars pour 2009-2010. Au niveau de la sécurité, une priorité renouvelée avec l’échec récent d’un attentat terroriste aux États-Unis, le premier ministre confie à Vic Toews le portefeuille de la Sécurité publique. Enfin, l’ex-ministre des Travaux publics, Christian Paradis, accède au ministère des Ressources naturelles. Des dossiers chauds l’attendent, comme celui des sables bitumineux. Il s’agit d’une pomme de discorde entre l’Alberta, leur principal producteur, les mouvements écologistes, ainsi que les gouvernements d’autres provinces, comme le Québec et l’Ontario, qui souhaitent qu’un plus grand effort soit consacré à la lutte contre les gaz à effet de serre. Source : Le Devoir, 20 janvier 2010, p. a3 et al. ; La Presse, 20 janvier 2010, p. a16.
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2010/01/19/001-harper-remaniement.shtml

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...