Réunion des premiers ministres à Saint-Andrews

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Au cours de la réunion de Saint-Andrews, Bouchard déplore le refus des autres premiers ministres de reconnaître au Québec un droit de retrait avec compensation financière dans le cadre d’une éventuelle union sociale canadienne. Au moment de discuter de la pertinence de la tenue d’une telle conférence, le premier ministre du Québec choisit même de se retirer. À ses yeux : « Il est préférable que je n’y sois pas. D’autant plus que, personnellement, et je le dis en toute déférence pour ceux qui entreprennent l’exercice, je crois que d’entreprendre une nouvelle consultation, ça va simplement nous faire entendre des répétitions de tout ce qui a été dit durant les consultations innombrables et infinies qui ont [...] coûté pas moins de 26 millions. » Au cours de la réunion de Saint-Andrews, Bouchard déplore le refus des autres premiers ministres de reconnaître au Québec un droit de retrait avec compensation financière dans le cadre d’une éventuelle union sociale canadienne. Au moment de discuter de la pertinence de la tenue d’une telle conférence, le premier ministre du Québec choisit même de se retirer. À ses yeux : « Il est préférable que je n’y sois pas. D’autant plus que, personnellement, et je le dis en toute déférence pour ceux qui entreprennent l’exercice, je crois que d’entreprendre une nouvelle consultation, ça va simplement nous faire entendre des répétitions de tout ce qui a été dit durant les consultations innombrables et infinies qui ont [...] coûté pas moins de 26 millions. » Source : Le Devoir, 8 août 1997, p.A1, 9 août 1997, p.A1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...