Révélation d’opérations illégales commises par la Gendarmerie royale du Canada contre le Parti québécois

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Dans les années qui suivent la crise d’Octobre 1970, le Service de sécurité de la GRC (SSGRC) mène une série d’actes illégaux contre des individus ou des groupes associés au mouvement indépendantiste québécois. Ces gestes ont fait l’objet d’enquêtes publiques : la Commission Keable au Québec et la Commission McDonald au Canada. Les faits reprochés sont nombreux. Le vol des listes de membres du Parti québécois (opération HAM), qui aurait nécessité la participation de plus de trente agents, est le plus connu des actes illégaux commis par les services du gouvernement fédéral.Dans les années qui suivent la crise d’Octobre 1970, le Service de sécurité de la GRC (SSGRC) mène une série d’actes illégaux contre des individus ou des groupes associés au mouvement indépendantiste québécois. Ces gestes ont fait l’objet d’enquêtes publiques : la Commission Keable au Québec et la Commission McDonald au Canada. Les faits reprochés sont nombreux. Le vol des listes de membres du Parti québécois (opération HAM), qui aurait nécessité la participation de plus de trente agents, est le plus connu des actes illégaux commis par les services du gouvernement fédéral. Source : Pierre Deschesne, Jacques Parizeau, Biographie, 1930-1970, tome 1, Le Croisé, Montréal, Québec Amérique, 2001. Annexe A.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...