Si tu vois mon pays…

, par Jean Provencher

En août 1890, Lorenzo, de Saint-André d’Argenteuil, est « fatigué du régime monotone de la vie d’étudiant et désireux d’aventures ». Pourquoi ne pas poser le dernier clou « au cercueil de ma vie de bohème » ? Après plusieurs semaines à visiter des villes américaines, le voilà à Détroit. Extraits de son récit. Nous sommes au début de [...]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2013/11/1...