Souper traditionnel de la St-Martin du Régiment de la Sarre au fort de l’Assomp...

, par 2e bataillon du régiment de la Sarre

Souper traditionnel de la St-Martin du Régiment de la Sarre au fort de l’Assomption

Les soldats du 2e bataillon du Régiment de la Sarre se rassemblerons ce samedi pour le souper de fin d’année et festoyer dans le cadre de la St-Martin.

Une tradition régimentaire en toute modération !

La St-Martin

À propos de...

Outre le fait que le 11 novembre célèbre pour la chrétienté un saint du nom de Martin, cette date en est une importante dans le cycle des activités agricoles et signifie le repos de la terre. En Europe, le jour de la Saint-Martin a longtemps été un jour de grande foire et de réjouissances populaires. Une messe était célébrée suivie d'un repas de fête où l'on mangeait la traditionnelle « oie de saint Martin » arrosée du vin de l'année. La Saint-Martin a d'ailleurs été un jour férié en Allemagne, en Angleterre de même qu'en France. On en profitait alors pour accomplir la fin des travaux des champs durant les dernières belles journées chaudes de novembre identifiées comme l'été de la Saint-Martin. Cette fête correspond aussi à la fin des vendanges et à la venue du vin nouveau. L'expression « avoir le mal de Saint-Martin » signifie d'ailleurs « être ivre ».

Depuis le haut Moyen Âge, la Saint-Martin marque un terme de paiement des redevances, des locations diverses et des baux d'engagement, de fermages ou de déménagements. Le caractère juridique de cette date se retrouve aussi bien en Europe qu'en Amérique. En Nouvelle-France, même si le climat est plus froid, le mois de novembre est relié aux préparatifs d'hivernement et c'est au cours de ce mois que prenaient fin les baux d'engagement des hommes dans les fermes ou les contrats de louage de terre ou de bêtes à cornes. Sous le régime seigneurial en Nouvelle-France, on note aussi la coutume de la criée de la Saint-Martin. Selon cette tradition, dès le début de novembre, le seigneur faisait annoncer par le crieur public à la porte de l'église qu'il recevrait chez lui les rentes des censitaires le jour du 11 novembre. Il régnait ainsi une grande activité au manoir seigneurial le jour de la Saint-Martin et les provisions foisonnaient de toutes parts. Il circulait peu de monnaie à cette époque et le seigneur acceptait habituellement des denrées comme du grain et des chapons pour l'équivalent des rentes de chaque censitaire.

Remonter aux sources

Né à Sabaria en Pannonie (Hongrie) en l'an 316, saint Martin s'enrôle de force très jeune dans les armées romaines sous le commandement de son père qui était tribun militaire. Martin devient officier de la garde impériale qui dispose d'un cheval et il sert dans les Gaules, plus précisément à Amiens. Le fait le plus marquant de la période de sa vie militaire c'est sa rencontre à Amiens avec un pauvre par un jour froid d'hiver. La légende rapporte qu'il aurait alors tranché d'un coup d'épée son manteau en deux morceaux pour en donner la moitié au mendiant.

Il quitte l'armée romaine vers l'âge de 20 ans et vit retiré pendant quelques temps. Après avoir reçu le baptême, sa vie est transformée et il devient un modèle d'apostolat actif. Saint Martin fonde le monastère de Ligugé près de Poitiers. Malgré sa résistance, on vient le chercher pour devenir évêque de Tours et il finit par accepter par devoir. Il décide alors de partir évangéliser les campagnes accompagné de quelques missionnaires, ce qui lui vaut le nom d'apôtre des Gaules. On lui attribue de nombreux miracles parmi lesquels des résurrections de morts. L'évêque missionnaire meurt le 11 novembre de l'an 400 fidèle à son apostolat jusqu'à la fin de sa vie.

Pendant les dix premiers siècles de la chrétienté, le culte du saint se développe avec grande ampleur et il devient le saint le plus populaire en France. Son nom évoque la charité, la pureté, la bravoure et le désintéressement. Plusieurs églises et paroisses sont placées sous son patronat et selon les époques, on le considère comme patron des chasseurs, patron des tailleurs, patron des voyageurs, patron des hôteliers et cabaretiers ou patron des vignerons et des vendangeurs. Le culte officiel de saint Martin comprenait surtout des cérémonies religieuses le 11 novembre.

De coutume en culture

En France, la tradition de manger de l'oie à la Saint-Martin tire son origine d'une légende en rapport avec l'histoire du saint. On raconte qu'il fuyait les Chrétiens qui voulaient le faire évêque de Tours car, d'une grande humilité, il appréhendait cette charge. Un jour dans sa fuite, saint Martin se réfugia dans une grotte où des oies s'étaient retirées. Croyant échapper à ses poursuivants en se gardant de faire du bruit, il fut trahi par les oies qui signalèrent sa présence par un grand caquètement. Ainsi découvert, il finit par suivre les Chrétiens afin d'être sacré évêque. La légende rapporte qu'en sortant de la grotte, il maudit les oies et les punit en leur disant que chaque année, à pareille date, elles seraient massacrées.

Le vin nouveau

La fin des vendanges en Europe est fixée au calendrier vinicole vers la mi-novembre. C'est par conséquent la période de la mise en bouteille des vins fabriqués avec la récolte fraîchement cueillie. Vin jeune à déguster immédiatement, le vin nouveau comme on l'appelle habituellement, est attendu avec impatience chaque année. Il est perçu comme un bouquet de fraîcheur au moment où l'automne qui a perdu ses couleurs vives entre dans sa période grise et terne.

Au Québec, l'arrivée du vin nouveau se fait aussi vers la mi-novembre. Distribué uniquement par la Société des alcools du Québec, les arrivages se font traditionnellement le troisième jeudi de novembre. On y fait maintenant la promotion, d'une durée d'une journée, d'environ cinq vins nouveaux, français ou italiens, rouges ou blancs. Il n'y a pas si longtemps, la tradition du vin nouveau était moins étendue : on ne parlait pas de vino novello et l'on trouvait uniquement sur le marché du Beaujolais nouveau. Dans une frénésie médiatique, les amateurs se ruent sur le vin nouveau la journée des arrivages et les bouteilles s'envolent rapidement comme tous les plaisirs éphémères.

Source : RDAQ

Bonne St-Martin !


Voir en ligne : http://www.facebook.com/permalink.p...