Sous observation : Place des nations

, par Communications

Place des nations

Parc Jean-Drapeau (extrémité ouest de l’île Sainte-Hélène)
Année de construction : 1966
Architecte : André Blouin

Valeur patrimoniale

La Place des Nations a été réalisée dans le cadre du grand projet d’aménagement de pour l’Exposition universelle de 1967, le principal événement international soulignant le centenaire de la Confédération. Située près de la gare de l’Expo Express, cette place constituait le site d’accueil symbolique et cérémoniel des dignitaires étrangers ainsi que le lieu où on présentait au grand public de nombreux spectacles témoignant des diverses cultures du monde. Son architecture asymétrique, qui se distingue notamment par ses gradins en béton et ses gigantesques poutres en bois lamellé, est libérée du modèle des amphithéâtres classiques et met en valeur l’esprit moderne autant que l’emblème d’Expo 67. La Place des Nations est l’un des lieux les plus importants qui nous soit resté de cette exposition universelle et, à ce titre, elle est un témoin majeur de l’ouverture sur le monde qui caractérise encore aujourd’hui Montréal.

Situation

Employée comme site d’entreposage, la Place des Nations a subi des affronts et des négligences indignes de sa valeur. En 2013, la Ville et le gouvernement du Québec ont annoncé sa restauration par la Société du parc Jean-Drapeau en prévision du 375e anniversaire de Montréal et du 50e anniversaire d’Expo 67 en 2017. Un budget est réservé à cette fin, mais le projet de restauration reste à finaliser et l’usage futur de la Place, à déterminer. Comme la Place des Nations fait partie du site du patrimoine de l’île Sainte-Hélène, ces projets devront tenir compte de l’aspect patrimonial. Ce régime apporte certaines garanties, notamment quant au maintien des gradins, mais l’état des énormes poutres en bois, éléments essentiels de l’architecture de cet espace, est préoccupant.

Texte : Héritage Montréal
Révision : Mireille Pilotto

Voir en ligne : http://www.heritagemontreal.org/fr/...