Suppression de l’enregistrement obligatoire

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Ce n’est cependant qu’en 1946 que le ministre du Travail supprimera l’obligation de s’enregistrer au sein de l’armée. Peu de temps après cette décision, un arrêté ministériel accordera l’amnisitie aux déserteurs. On estime à plus de 15 000 les déserteurs canadiens, dont une majorité proviennent du Québec.Ce n’est cependant qu’en 1946 que le ministre du Travail supprimera l’obligation de s’enregistrer au sein de l’armée. Peu de temps après cette décision, un arrêté ministériel accordera l’amnisitie aux déserteurs. On estime à plus de 15 000 les déserteurs canadiens, dont une majorité proviennent du Québec. Source : Bernard Saint-Aubin, King et son époque, Coll. « Jadis et naguère », Montréal, La Presse, 1982, 409 pages.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...