Tailleurs de pierre : entre l’art et la matière

Catherine Charron
| :
Les métiers traditionnels liés à l’architecture gagnent à être mis en valeur et à être reconnus pour leurs apports inégalés dans la protection et la conservation du patrimoine bâti. Parmi ces métiers, celui de tailleur de pierre fait écho à des techniques, des savoir-faire, une histoire ancestrale et une longue évolution dans le temps, qui méritent d’être mis à l’avant-scène. Dans cet article, on propose un retour critique sur un projet de collaboration entre une équipe d’étudiants en études patrimoniales (Université Laval) et le tailleur de pierre Adrien Bobin qui a mené aux développements de plusieurs stratégies de promotion du métier traditionnel et de transmission des connaissances à son sujet. En passant par la cocréation, la médiation culturelle, les technologies numériques et la mise en exposition muséale, on verra qu’une collaboration entre de jeunes chercheurs en patrimoine et des artisans du patrimoine bâti constitue une voie remplie de potentiel pour faire connaître ces métiers sans les dénaturer.
| :
Traditional trades related to architecture deserve to be highlighted and recognized for their unparalleled contributions to the protection and conservation of built heritage. Among these trades, that of stonemason is of particular interest because of its skills, its techniques, its distant ancestry and its long evolution in time. In this article, we take a critical look at a collaborative project involving a team of students in Heritage studies (Université Laval) and the stonemason Adrien Bobin. This project led to the development of several strategies, both for the promotion of this traditional trade, and for the transmission of knowledge about it. Through co-creation, cultural mediation, digital technologies and the preparation of museum exhibits, we will show how collaboration between young researchers in the field of Heritage and the craftsmen themselves can potentially make building trades better known without losing sight of their distinct nature.

Voir en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1051328ar