Télédiffusion du film « À hauteur d’homme »

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Pour réaliser « À hauteur d’homme », Labrecque et son équipe ont suivi Bernard Landry dans tous ses déplacements, y compris pendant la campagne électorale qui a précédé la victoire du Parti libéral du Québec (PLQ) lors de l’élection générale du 14 avril 2003. Commentant cette ouverture plutôt rare de la part d’un homme politique, l’ex-premier ministre Landry justifie sa décision en affirmant : « Dans une démocratie, la transparence n’est jamais une erreur. Et la connaissance directe par le peuple des questions qui le concernent n’est jamais une erreur. » Cette incursion dans les coulisses du pouvoir donne également l’occasion aux spectateurs d’observer les tensions qui existent entre les hommes politiques et la presse, une dimension du documentaire qui sera à l’origine de nombreux débats dans les jours qui suivront sa présentation. Pour réaliser « À hauteur d’homme », Labrecque et son équipe ont suivi Bernard Landry dans tous ses déplacements, y compris pendant la campagne électorale qui a précédé la victoire du Parti libéral du Québec (PLQ) lors de l’élection générale du 14 avril 2003. Commentant cette ouverture plutôt rare de la part d’un homme politique, l’ex-premier ministre Landry justifie sa décision en affirmant : « Dans une démocratie, la transparence n’est jamais une erreur. Et la connaissance directe par le peuple des questions qui le concernent n’est jamais une erreur. » Cette incursion dans les coulisses du pouvoir donne également l’occasion aux spectateurs d’observer les tensions qui existent entre les hommes politiques et la presse, une dimension du documentaire qui sera à l’origine de nombreux débats dans les jours qui suivront sa présentation. Source : La Presse, 16 septembre 2003, p.A1, A5 et C2.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...