Tenue d’élections partielles dans deux circonscriptions du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

André Boisclair, qui dirige le PQ depuis le 15 novembre 2005, remporte plus de 70 % des voix, un score qui s’explique en grande partie par la décision du Parti libéral du Québec (PLQ) et de l’Action démocratique du Québec (ADQ) de ne pas lui opposer de candidats. Le Parti Vert et Québec solidaire terminent au deuxième et au troisième rang, mais loin derrière Boisclair qui effectuera un retour à l’Assemblée nationale après deux années d’absence. La lutte est plus intéressante dans Taillon, circonscription rendue vacante par le départ de la vie politique de l’ex-ministre péquiste Pauline Marois, en mars 2006. C’est finalement une autre péquiste, Marie Malavoy, qui obtient la victoire avec 43,6% des voix. Elle devance deux autres femmes, la libérale Véronique Mercier (31,3%) et Manon Blanchard (7,2%) de Québec solidaire qui terminent respectivement deuxième et troisième. L’attention se tourne maintenant vers l’Assemblée nationale où André Boisclair aura l’occasion de croiser le fer avec le premier ministre Jean Charest en attendant le déclenchement d’élections générales qui doivent avoir lieu en 2007. André Boisclair, qui dirige le PQ depuis le 15 novembre 2005, remporte plus de 70 % des voix, un score qui s’explique en grande partie par la décision du Parti libéral du Québec (PLQ) et de l’Action démocratique du Québec (ADQ) de ne pas lui opposer de candidats. Le Parti Vert et Québec solidaire terminent au deuxième et au troisième rang, mais loin derrière Boisclair qui effectuera un retour à l’Assemblée nationale après deux années d’absence. La lutte est plus intéressante dans Taillon, circonscription rendue vacante par le départ de la vie politique de l’ex-ministre péquiste Pauline Marois, en mars 2006. C’est finalement une autre péquiste, Marie Malavoy, qui obtient la victoire avec 43,6% des voix. Elle devance deux autres femmes, la libérale Véronique Mercier (31,3%) et Manon Blanchard (7,2%) de Québec solidaire qui terminent respectivement deuxième et troisième. L’attention se tourne maintenant vers l’Assemblée nationale où André Boisclair aura l’occasion de croiser le fer avec le premier ministre Jean Charest en attendant le déclenchement d’élections générales qui doivent avoir lieu en 2007. Source : Le Devoir, 14 août 2006, p. 3 ; 15 août 2006, p. A1 et A8, 16 août 2006, p. A3. La Presse, 14 août, p. A1, A6-A7 ; 15 août 2006, p. A1, A5 et A6.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...