Tenue d’un référendum menant à l’abolition de la classe C au Conseil de ville de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Cette mesure permettait à treize associations et corps publics -hommes d’affaires, universités, Board of Trade, etc.- de nommer 33 conseillers (un tiers de l’ensemble du Conseil). La présence de ces derniers s’avérait un moyen efficace de s’assurer la présence d’éléments conservateurs au sein du Conseil municipal. En 1957, les conseillers de la classe C ont fait pencher la balance en faveur du Ralliement du grand Montréal de Sarto Fournier contre la Ligue d’action civique de Jean Drapeau. En 1960, celui-ci obtient une forme de revanche avec la tenue du référendum par lequel les Montréalais approuvent la disparition de cette classe par une forte majorité, 119 219 contre 28 811.Cette mesure permettait à treize associations et corps publics -hommes d’affaires, universités, Board of Trade, etc.- de nommer 33 conseillers (un tiers de l’ensemble du Conseil). La présence de ces derniers s’avérait un moyen efficace de s’assurer la présence d’éléments conservateurs au sein du Conseil municipal. En 1957, les conseillers de la classe C ont fait pencher la balance en faveur du Ralliement du grand Montréal de Sarto Fournier contre la Ligue d’action civique de Jean Drapeau. En 1960, celui-ci obtient une forme de revanche avec la tenue du référendum par lequel les Montréalais approuvent la disparition de cette classe par une forte majorité, 119 219 contre 28 811. Source : La Presse, 25 octobre 1960, p.1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...