Tenue d’une conférence fédérale-provinciale des ministres de la Santé à Ottawa

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’étalement de cette somme d’argent sur 15 ans et le fait que la ministre ait fait peu de consultations auprès des provinces suscitent une réaction fort négative des ministres présents. Le gouvernement du Québec fait savoir par la voix de son ministre de la Santé, Alphonse Couturier, que « ce que nous voulons, nous du Québec, c’est garder notre indépendance quant à l’acceptation des critères proposés par le plan fédéral et quant à la façon d’utiliser chez nous les subventions fédérales. » Lorsque la conférence se termine, le 24, la ministre LaMarsh exprime le souhait de voir établir un régime d’assurance-santé canadien avant les célébrations de la Confédération. Des discussions à ce sujet sont prévues. L’étalement de cette somme d’argent sur 15 ans et le fait que la ministre ait fait peu de consultations auprès des provinces suscitent une réaction fort négative des ministres présents. Le gouvernement du Québec fait savoir par la voix de son ministre de la Santé, Alphonse Couturier, que « ce que nous voulons, nous du Québec, c’est garder notre indépendance quant à l’acceptation des critères proposés par le plan fédéral et quant à la façon d’utiliser chez nous les subventions fédérales. » Lorsque la conférence se termine, le 24, la ministre LaMarsh exprime le souhait de voir établir un régime d’assurance-santé canadien avant les célébrations de la Confédération. Des discussions à ce sujet sont prévues. Source : Le Devoir, 24 septembre 1965, p.1 et 25 septembre 1965, p.2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...