Tenue d’une élection partielle dans la circonscription de Beauce

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Il s’agit d’un bon test pour le premier ministre Maurice Duplessis puisque cette élection partielle est la première à se tenir sur la scène provinciale depuis la victoire de l’Union nationale en 1936. Maire d’East-Broughton Station, Perron obtient l’appui de 3 799 électeurs, ce qui permet aux unionistes de conserver le comté de Beauce. Perron devance Vital Cliche de l’Action libérale nationale (ALN) (3 391 votes) et Lionel-Wilfrid Doyon (1 0001 votes), un candidat identifié aux dissidents du groupe du Dr Philippe Hamel, favorables à la nationalisation de l’électricité. Il s’agit d’un bon test pour le premier ministre Maurice Duplessis puisque cette élection partielle est la première à se tenir sur la scène provinciale depuis la victoire de l’Union nationale en 1936. Maire d’East-Broughton Station, Perron obtient l’appui de 3 799 électeurs, ce qui permet aux unionistes de conserver le comté de Beauce. Perron devance Vital Cliche de l’Action libérale nationale (ALN) (3 391 votes) et Lionel-Wilfrid Doyon (1 0001 votes), un candidat identifié aux dissidents du groupe du Dr Philippe Hamel, favorables à la nationalisation de l’électricité. Source : Le Devoir, 17 mars 1937, p.3 ; 18 mars 1937, p.1 et 3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...