Tenue d’une élection partielle dans la circonscription de Compton

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La politique d’autonomie provinciale défendue par le premier ministre Maurice Duplessis est au coeur de cette élection qui suscite beaucoup d’intérêt auprès de la population de Compton. Forts d’une majorité de 1 729 votes lors de l’élection générale de 1944, les libéraux subissent un net recul alors que leur candidat, Waymer Laberee, n’obtient que le support de 3 541 électeurs. C’est 2 605 votes de moins que l’unioniste Charles D. French (6 146) qui remporte une victoire décisive sur Laberee et sur Aurélien Quintin du Bloc populaire qui ne reçoit que 623 votes. C’est un succès de taille pour l’UN et le premier de trois triomphes électoraux pour French qui assumera entre 1948 et 1954 le poste de ministre provincial des Mines.La politique d’autonomie provinciale défendue par le premier ministre Maurice Duplessis est au coeur de cette élection qui suscite beaucoup d’intérêt auprès de la population de Compton. Forts d’une majorité de 1 729 votes lors de l’élection générale de 1944, les libéraux subissent un net recul alors que leur candidat, Waymer Laberee, n’obtient que le support de 3 541 électeurs. C’est 2 605 votes de moins que l’unioniste Charles D. French (6 146) qui remporte une victoire décisive sur Laberee et sur Aurélien Quintin du Bloc populaire qui ne reçoit que 623 votes. C’est un succès de taille pour l’UN et le premier de trois triomphes électoraux pour French qui assumera entre 1948 et 1954 le poste de ministre provincial des Mines. Source : Le Devoir, 3 juillet 1946, p.3 ; 4 juillet 1946, p.3.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...