Tenue d’une élection partielle dans la circonscription de Notre-Dame-de-Grâce

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le mécontentement suscité par la Loi 22 avait joué contre le Parti libéral (PLQ) en 1976. Son candidat, Bryce Mackasey, n’avait alors obtenu qu’une majorité de 4 429 votes sur Francis Donaldson de l’Union nationale (UN). En 1978, les libéraux remportent une victoire décisive. Les 12 797 votes que récolte Reed Scowen lui donnent une majorité de près de 8 000 voix sur son plus proche rival, le candidat indépendant David de Jong. Michel Gélinas du Parti québécois (PQ) et Albert Bissonnette de l’Union nationale (UN) viennent loin derrière avec respectivement 2 347 et 338 votes. Les résultats obtenus par Scowen, un homme d’affaires de 47 ans, réjouissent particulièrement le nouveau chef libéral, Claude Ryan, qui y perçoit l’expression d’un mécontentement profond à l’endroit du gouvernement péquiste dirigé par René Lévesque.Le mécontentement suscité par la Loi 22 avait joué contre le Parti libéral (PLQ) en 1976. Son candidat, Bryce Mackasey, n’avait alors obtenu qu’une majorité de 4 429 votes sur Francis Donaldson de l’Union nationale (UN). En 1978, les libéraux remportent une victoire décisive. Les 12 797 votes que récolte Reed Scowen lui donnent une majorité de près de 8 000 voix sur son plus proche rival, le candidat indépendant David de Jong. Michel Gélinas du Parti québécois (PQ) et Albert Bissonnette de l’Union nationale (UN) viennent loin derrière avec respectivement 2 347 et 338 votes. Les résultats obtenus par Scowen, un homme d’affaires de 47 ans, réjouissent particulièrement le nouveau chef libéral, Claude Ryan, qui y perçoit l’expression d’un mécontentement profond à l’endroit du gouvernement péquiste dirigé par René Lévesque. Source : Le Devoir, 6 juillet 1978, p. et 6.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...