Tenue d’une grève d’un jour par 21 000 universitaires québécois

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Trois porte-parole des étudiants (Francine Laurendeau, Jean-Pierre Goyer et Bruno Meloche) se rendent à Québec pour rencontrer le premier ministre Maurice Duplessis
. Leur objectif est de fixer la date d’une rencontre entre celui-ci et les présidents des universités afin de discuter des améliorations à apporter au financement de l’enseignement supérieur. Le premier ministre refusera toutefois de discuter avec les étudiants. Ces derniers réagiront en continuant de se rendre au Parlement sur une base quotidienne pendant quelques semaines.Trois porte-parole des étudiants (Francine Laurendeau, Jean-Pierre Goyer et Bruno Meloche) se rendent à Québec pour rencontrer le premier ministre Maurice Duplessis
. Leur objectif est de fixer la date d’une rencontre entre celui-ci et les présidents des universités afin de discuter des améliorations à apporter au financement de l’enseignement supérieur. Le premier ministre refusera toutefois de discuter avec les étudiants. Ces derniers réagiront en continuant de se rendre au Parlement sur une base quotidienne pendant quelques semaines. Source : La Presse, 6 mars 1958, p.1, 7 mars 1958, p.1, 8 mars 1958, p.1, 11 mars 1958, p.1, 12 mars 1958, p.1 et 13 mars 1958, p.3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...