Tenue d’une rencontre entre le premier ministre du Canada, Paul Martin, et le président américain, George W. Bush

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La rencontre a lieu à Monterrey, au Mexique, dans le cadre d’un sommet spécial des Amériques. Généralement perçu comme plus conciliant à l’endroit de la politique extérieure américaine que son prédécesseur, Jean Chrétien, Martin se réjouit du ton de la rencontre. Au sujet de Bush, il affirme : « C’est un homme qui veut trouver des solutions aux problèmes et je pense que durant la discussion nous avons mis les points sur les i, mais je pense que nous l’avons fait dans une atmosphère assez détendue. » De son côté, le président américain minimise l’importance des divergences qui ont opposé les deux pays. Les deux hommes font état d’une entente permettant la participation d’entreprises canadiennes aux contrats pour la reconstruction en Irak. Un accord consulaire est également conclu en ce qui a trait à la question des expulsions de ressortissants canadiens vivant aux États-Unis. À un autre niveau, les discussions portant sur les polémiques du bois-d’oeuvre et de la « vache folle » se poursuivent.La rencontre a lieu à Monterrey, au Mexique, dans le cadre d’un sommet spécial des Amériques. Généralement perçu comme plus conciliant à l’endroit de la politique extérieure américaine que son prédécesseur, Jean Chrétien, Martin se réjouit du ton de la rencontre. Au sujet de Bush, il affirme : « C’est un homme qui veut trouver des solutions aux problèmes et je pense que durant la discussion nous avons mis les points sur les i, mais je pense que nous l’avons fait dans une atmosphère assez détendue. » De son côté, le président américain minimise l’importance des divergences qui ont opposé les deux pays. Les deux hommes font état d’une entente permettant la participation d’entreprises canadiennes aux contrats pour la reconstruction en Irak. Un accord consulaire est également conclu en ce qui a trait à la question des expulsions de ressortissants canadiens vivant aux États-Unis. À un autre niveau, les discussions portant sur les polémiques du bois-d’oeuvre et de la « vache folle » se poursuivent. Source : Le Devoir, 14 janvier 2004, p.1. La Presse, 14 janvier 2004, p.1 et A12.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...