Tenue d’une violente manifestation à Saint-Léonard

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La bagarre éclate lors d’une réunion tenue par le MIS à la commision scolaire Jérôme-LeRoyer. Elle fait quatre blessés, dont le président du MIS, Raymond Lemieux, avant que les policiers dépêchés sur les lieux ne parviennent à calmer les ardeurs des belligérants. De part et d’autre, les manifestants blâment le gouvernement unioniste de Jean-Jacques Bertrand
pour son hésitation entre le libre choix des parents et l’intégration forcée des immigrants à l’école française. Une semaine plus tard, une nouvelle altercation se déroulera dans les rues de Saint-Léonard. Elle fera plusieurs blessés. Peu de temps après, l’Assemblée nationale adoptera la Loi 63 qui soulèvera l’ire de la majorité francophone puisqu’elle reconnaîtra aux parents le libre choix dans la langue d’enseignement de leurs enfants.La bagarre éclate lors d’une réunion tenue par le MIS à la commision scolaire Jérôme-LeRoyer. Elle fait quatre blessés, dont le président du MIS, Raymond Lemieux, avant que les policiers dépêchés sur les lieux ne parviennent à calmer les ardeurs des belligérants. De part et d’autre, les manifestants blâment le gouvernement unioniste de Jean-Jacques Bertrand
pour son hésitation entre le libre choix des parents et l’intégration forcée des immigrants à l’école française. Une semaine plus tard, une nouvelle altercation se déroulera dans les rues de Saint-Léonard. Elle fera plusieurs blessés. Peu de temps après, l’Assemblée nationale adoptera la Loi 63 qui soulèvera l’ire de la majorité francophone puisqu’elle reconnaîtra aux parents le libre choix dans la langue d’enseignement de leurs enfants. Source : La Presse, 4 septembre 1969, p.1. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain : le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.550-553.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...