Tenue du congrès de la Fédération libérale du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Lors de ce congrès spécial, les 1 400 délégués décident à la quasi unanimité de dissocier la Fédération libérale du Québec (FLQ) de celle du Canada (FLC). Cette décision ne lie toutefois pas les associations de comté qui gardent leur liberté d’adhérer ou non à la FLC. Pour le premier ministre Jean Lesage : « Les intérêts sont trop divergents entre le fédéral et le provincial sur le plan de la haute politique pour que les membres de l’exécutif et ceux des commissions ne soient pas constamment pris dans un dilemme que je qualifierais de pratiquement insoluble pour eux. » Présent à l’événement, le ministre fédéral de la Justice, Guy Favreau, se prononce en faveur de la création éventuelle d’une section québécoise au sein de la FLC. Lors de ce congrès spécial, les 1 400 délégués décident à la quasi unanimité de dissocier la Fédération libérale du Québec (FLQ) de celle du Canada (FLC). Cette décision ne lie toutefois pas les associations de comté qui gardent leur liberté d’adhérer ou non à la FLC. Pour le premier ministre Jean Lesage : « Les intérêts sont trop divergents entre le fédéral et le provincial sur le plan de la haute politique pour que les membres de l’exécutif et ceux des commissions ne soient pas constamment pris dans un dilemme que je qualifierais de pratiquement insoluble pour eux. » Présent à l’événement, le ministre fédéral de la Justice, Guy Favreau, se prononce en faveur de la création éventuelle d’une section québécoise au sein de la FLC. Source : Le Devoir, 6 juillet 1964, p.1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...