Tenue du premier Festival international de feux d’artifices de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Ce spectaculaire événement peut être observé par des dizaines de milliers de curieux à partir des rives du fleuve Saint-Laurent, du haut du pont Jacques-Cartier, fermé pour l’occasion, ainsi que de tous les points d’observation de la ville. Le soir de la dernière se solde par une éblouissante démonstration de 40 minutes. Les organisateurs remettent la palme d’or dans la catégorie classique à une firme du Japon, alors que c’est une firme française qui décroche cet honneur dans la catégorie pyromusicale. Un franc succès à sa première année d’existence, ce festival sera repris sur une base annuelle.Ce spectaculaire événement peut être observé par des dizaines de milliers de curieux à partir des rives du fleuve Saint-Laurent, du haut du pont Jacques-Cartier, fermé pour l’occasion, ainsi que de tous les points d’observation de la ville. Le soir de la dernière se solde par une éblouissante démonstration de 40 minutes. Les organisateurs remettent la palme d’or dans la catégorie classique à une firme du Japon, alors que c’est une firme française qui décroche cet honneur dans la catégorie pyromusicale. Un franc succès à sa première année d’existence, ce festival sera repris sur une base annuelle. Source : La Presse, 20 juin 1985, p.A13.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...