» Un cas digne de pitié « 

, par Jean Provencher

Nous apprenons que les autorités du séminaire ont signifié au malheureux aveugle, qui, depuis quinze ans, stationne dans leur porte cochère et vend des journaux, de se placer ailleurs, parce qu’elles ne peuvent permettre de commerce sur leur propriété. Nous ne pouvons croire que les messieurs de St-Sulpice mettront cet ordre à exécution, car ce […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2018/01/2...