Un citadin passe plus d’un mois à la campagne

, par Jean Provencher

Tison qu’il s’appelle. Du moins, c’est le nom qu’il se donne. Son texte paraît dans le quotidien L’Étendard (Montréal) du 7 février 1884. J’ai passé le temps des fêtes à la campagne. Vous croyez peut-être, lecteurs, que c’est depuis Noël jusqu’aux Rois, les fêtes ? Allons donc ! j’en arrive là, j’en arrive ! Et […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2014/02/1...