Un pillage systématique

, par Instantanés

 

Après 18 mois loin des lignes de combat, le major Olivar Asselin est de retour en Europe continentale, affilié au 87e bataillon. Le 5 novembre 1918, il se trouve en France, passant à travers les ruines de villages pour se rendre en Belgique. Dans l’extrait choisi, le journaliste évoque le pillage pratiqué par les Allemands pendant la guerre.

 

Lettre du 5 novembre 1918. BAnQ Vieux-Montréal (CLG72).

 

Lettre du 5 novembre 1918. BAnQ Vieux-Montréal (CLG72).

 

« La ville où nous logeons présentement n’a été, par bonheur, que peu endommagée par le bombardement ; le plus grand mal est le pillage systématique auquel les Boches se sont livrés. Comme la chose s’était vue ailleurs, les civils se sont tenus dans leurs caves durant l’attaque, pour en ressortir à l’entrée des Anglais ; ils n’ont pas fui la ville. Mais tandis qu’ailleurs toutes les maisons avaient été durant les quelques heures, éventrées ou démolies, ici il y en a encore neuf sur dix qui pourront se réparer. Le Boche résiste, mais il recule ; la confiance du civil est si grande, que sitôt l’ennemi rendu à trois ou quatre kilomètres, et même moins, il serait encore en état à les foudroyer ou à les emprisonner, ils rentrent dans leurs maisons. C’est l’armée qui nourrit cette population, qui autrement n’aurait à manger que les légumes laissés en terre par les Allemands. Le colonel, trois autres officiers et moi, nous logeons dans la maison d’un négociant en grains et fourrages. Les Allemands ont emporté toute la literie, tous les rideaux jusqu’à la couverture des matelas. Un ami des maîtres de la maison qui logeait avec eux, est arrivé hier. Il dit n’avoir pas mangé de viande, ni beurre, ni lait, depuis trois ans : les Boches prenaient tout pour eux. Nous donnons aux civils un peu de notre viande, et ils nous donnent des légumes. »

 

Vous souhaitez consulter cette lettre d’Olivar Asselin dans son intégralité ? Rendez-vous sur Wikisource ou, pour découvrir l’ensemble des lettres sélectionnées, rendez-vous sur la page du projet Première Guerre mondiale de BAnQ.

 

Pour en savoir plus sur Olivar Asselin et sur la diffusion de sa correspondance de guerre, consultez l’article phare du projet.

 

Florian Daveau, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal

Émilie Dufour-Lauzon, agente de bureau – BAnQ Vieux-Montréal

Elena Fracas, archiviste – BAnQ Vieux-Montréal

Catherine Lamarche, stagiaire de l’Université de Montréal

 

Lettre précédente

Lettre suivante (à paraître)

Cet article Un pillage systématique est apparu en premier sur Instantanés.

Voir en ligne : http://blogues.banq.qc.ca/instantan...