« Une année sans été »

, par Jean Provencher

Je suis étonné de constater que déjà, dans La Minerve du 6 septembre 1884, on parle de cet événement comme de l’« année sans été ». Encore aujourd’hui, c’est bien le nom que nous lui donnons. Voyons d’abord ce que le quotidien montréalais en dit alors. À propos du singulier été que nous traversons actuellement, rappelons que […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2014/09/2...