Une généalogie gouvernementale

, par Instantanés

Le premier juillet commémore l’union de quatre colonies de l’Empire Britannique par la création du Dominion du Canada. En 1867, l’Acte de l’Amérique du Nord Britannique proclame qu’à compter de ce jour, le Québec devient une des provinces qui formera le Canada d’aujourd’hui.

105567_2

New map of the Dominion of Canada, 1868, Dawson Brothers, (G/3400/1868/N48 CAR)

En s’inspirant de l’engouement pour la généalogie, exécutons un plongeon dans le passé afin de déterrer les racines dans lesquelles se sont implantés certains de nos ministères.

Secrétaire et registraire de la province

Le secrétariat de la province regroupait de multiples responsabilités dans plusieurs domaines : juridique en tant que gardien du sceau ; municipal par l’émission de lettres patentes pour les paroisses ; santé par l’inspection des hôpitaux ; culturel par la conservation et la préservation des archives ; éducation par le département de l’Instruction publique, bien que l’orientation de ce dernier se soit développé en marge de l’État. C’est ainsi que sa descendance se retrouve aujourd’hui dispersée : ministère de la Santé, ministère de la Justiceministère des Affaires municipales, Archives nationales du Québec (aujourd’hui Direction générale des Archives nationales de BAnQ) et, dans une certaine mesure, ministère de l’Éducation en sont les dignes descendants.

 

03Q_E4,D374,P35

Armoirie de Sir Narcisse-Fortunat Belleau, nommé lieutenant gouverneur de la nouvelle province de Québec, le 1 juillet 1867. Produite par l’héraldiste du Secrétariat de la province. 1940, BAnQ-Québec, (E4, D374, P35)

Terres de la Couronne

Le département des Terres de la Couronne est instauré bien avant la création du Canada. Surveiller, contrôler et gérer l’administration et la vente des terres publiques de la province est le lot du fonctionnaire de ce département. Ce vénérable ancêtre a donné naissance au ministère des Terres et Forêts dont le fonds d’archives est riche en documents cartographiques anciens. En 1979, le ministère est aboli mais sa progéniture survit par l’entremise du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles.

Agriculture et Travaux publics

Ce département bicéphale regroupe toutes tâches liées à l’entretien et à la réparation des édifices publics et des chemins de colonisation de la nouvelle province. Et puisqu’il faut ouvrir de nouvelles terres propres à l’agriculture, un vaste projet de colonisation se met en branle. C’est ainsi que ce département sera scindé en deux dès 1887 et donnera naissance au ministère de l’Agriculture, Pêcheries et Alimentation, et au ministère des Travaux publics remplacé aujourd’hui par la Société québécoise d’infrastructure.

Procureur général et Solliciteur général

En 1867 est créé le département des Officiers en loi de la Couronne dans lequel sont regroupées les fonctions du Procureur général et du Solliciteur général. Le Procureur est le principal légiste de la Couronne et avec l’aide du Solliciteur général, son assistant, il administre, surveille et exécute la justice dans la province. La lignée du Procureur général verra naitre le ministère de la Justice en 1963, tandis que la lignée du Solliciteur général donna naissance au ministère de la Sécurité publique en 1988.

Trésorier

Quant à l’avenir économique de la nouvelle province, le département du Trésor en est le maître d’œuvre. La tenue de livre, la comptabilité, la préparation des comptes publics et l’administration des lois fiscales sont au cœur de ce département qui demeurera stable dans ces structures jusqu’en 1961 par la création du ministère des Finances et de l’Agence du revenu.

Telle est la filiation qui a façonné nos institutions gouvernementales québécoises !

 

Sonia Lachance, archiviste – BAnQ Québec

Cet article Une généalogie gouvernementale est apparu en premier sur Instantanés.

Voir en ligne : http://blogues.banq.qc.ca/instantan...