Une nouvelle contribution pour le dossier d’HistoireEngagée sur l’enseignement de l’histoire

, par Raphaël Gani

Extrait :

  • d’abord, les jeunes acquièrent leurs connaissances et visions d’histoire en dehors de la classe tout autant, sinon plus, que dans l’enceinte de la salle de cours ;
  • ensuite, les jeunes oublient plus ou moins rapidement la plus grande partie de ce qui leur est transmis en classe ;
  • enfin, les grands récits nationaux, univoques mais pratiques, restent de puissants foyers et vecteurs de construction de sens, voire de prêts-à-penser ou de prêts-à-croire, pour les jeunes à la recherche d’un sens diligent qui leur permette de vivre efficacement dans la société (ou tout simplement de passer l’examen avec succès !).

Voir en ligne : http://www.histoirequebec.chaire.ul...