« Une nouvelle vie pour de vielles données. Propriété, population et bâti montréalais avant 1805 »

, par Véronika Brandl-Mouton

Co-directeur du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal, Léon Robichaud s’est rendu au congrès annuel de la Social Science History Association pour y présenter le projet de rediffusion des données colligées par le Groupe d’histoire de Montréal du Centre Canadien d’Architecture au début des années 1990.

Du projet d’origine, comprenant les données alphanumériques, une base cartographique (parcelles et bâtiments) et une modélisation 3D (fortifications et bâtiments), seules les données alphanumériques avaient été mises en ligne en 1996 (http://www.remparts.info/adhemar_php), la technologie ne permettant pas alors de rendre facilement accessible les données vectorielles. L’objectif est donc de redonner vie à des données qui dormaient depuis plus de deux décennies sur un poste de travail Silicon Graphics.

Figure 1. Application 3D originale
Crédits Centre Canadien d’Architecture et Center for Landscape Research

Lors de la recherche initiale, chaque lot de la ville de Montréal (le territoire actuel du Vieux-Montréal) avait été cartographié pour la période 1648-1704 et pour les années 1725, 1765 et 1805. Tous les bâtiments avaient aussi été tracés pour les mêmes années à l’exception de 1765. À cause de la nature du logiciel utilisé à l’époque (PolyTRIM), deux problèmes devaient être résolus pour intégrer ces couches à un système d’information géographique contemporain. Les identifiants n’ayant pas été intégrés au fichier exporté, il a fallu, avec l’aide de Sonia Blouin, étudiante à la maîtrise de l’Université de Sherbrooke, réassigner les numéros à chaque polygone. L’autre problème découlait du fait que le logiciel original ne permettait pas d’exporter le système de coordonnées spatiales et la projection. À partir de points d’ancrage définis par L. Robichaud, Laura Barreto, professionnelle en géomatique du LHPM, a repositionné la géométrie des îlots de 1725 sur la base cartographique créée par Sherry Olson pour 1880. La variation moyenne entre les mesures définies à l’origine en pieds français et les mesures sur le terrain en mètres est de moins de 1 % pour la couche disponible sur le Système de Cartographie Historique de Montréal (SCHEMA). Douze segments d’îlots sur 128 ont toutefois une différence de longueur de plus de 20 cm, segments presque tous situés dans la partie est de la ville. L’équipe avait d’ailleurs rencontré quelques problèmes de géoréférencement dans cette zone à l’époque. Cette variation sera corrigée à partir des données archéologiques avant que l’ensemble de la cartographie soit rendue publique.

Figure 2. Zone dont la géométrie doit être corrigée
Crédits : LHPM, Léon Robichaud, Laura Barreto

Ces données avaient été créées dans le cadre de l’exposition Montréal, ville fortifiée au XVIIIe siècle du Centre Canadien d’Architecture en 1992. Le projet comprenait aussi une modélisation 3D de la topographie, de l’hydrographie, des fortifications et des bâtiments de la ville. Le format utilisé à l’époque n’étant pas exploitable sur le web, des travaux sont cours pour regénérer l’environnement urbain grâce à la modélisation paramétrique. Développée en collaboration avec Vanessa Blais, Nicolas Spiric et Nathalie Charbonneau, cette approche utilise l’emprise au sol définie dans la cartographie et les données alphanumériques pour créer le modèle directement en format obj, lequel peut être diffusé sur le web dans le visualiseur Chronomorphe.

Figure 3. Test de modélisation paramétrique
Crédits : Léon Robichaud, Nathalie Charbonneau, Vanessa Blais, Nicolas Spiric

Tous ces efforts de récupération de données anciennes sont réalisés dans une perspective de pérennisation des données de recherche. En favorisant l’archivage en formats ouverts, nous comptons assurer la stabilité de ces données et ainsi éviter d’autres problèmes d’exportation à l’avenir.

Un échantillon des données est disponible dans une première application cartographique sur la plateforme SCHEMA du LHPM : http://schema.uqam.ca/application/run/2588

Figure 4.
Crédits Équipe SIG du LHPM (Léon Robichaud, Kim Petit, Laura Barreto)

The post « Une nouvelle vie pour de vielles données. Propriété, population et bâti montréalais avant 1805 » appeared first on Laboratoire d'histoire et de patrimoine de Montréal.

Voir en ligne : https://lhpm.uqam.ca/nouvelle/une-n...