« Une pensée chinoise »

, par Jean Provencher

Quand le sabre est rouillé La charrue reluisante Les prisons vides Les greniers pleins Les escaliers des temples usés Et ceux des tribunaux couverts d’herbe, Quand enfin les médecins vont à pied Et les boulangers à cheval, Le peuple est bien gouverné. Le Courrier du Canada (Québec), 24 novembre 1883.

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2017/11/2...