« Vers d’un philosophe aimable »

, par Jean Provencher

À la une du journal Le Sorelois du 9 novembre 1880. Petit bien qui ne doive rien, Petit jardin, petite table, Petit minois qui m’aime bien, Sont pour moi chose délectable. J’aime à trouver, quand il fait froid, Grand feu dans un petit endroit. Les délicats font grande chère, Quand on leur sert dans un [...]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2013/12/0...