Victoire des Nordiques de Québec en séries éliminatoires contre le Canadien de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La fusion entre l’Association mondiale de hockey (AMH) et la Ligue nationale de hockey (LNH) se solde par l’entrée des Nordiques de Québéc dans la LNH. Il faut remonter à 1920, et aux Bulldogs, pour voir une équipe de Québec dans la LNH. Après une première saison inégale, le dynamisme de la jeune organisation s’impose. Le 26 août 1980, le président Marcel Aubut
annonce la signature des frères Peter et Anton Stastny, deux ex-membres de la formation nationale de Tchécoslovaquie. Le 20 octobre, Michel Bergeron devient l’entraîneur des Nordiques qui inaugurent leur Colisée agrandi à 15 000 places, le 21 janvier 1981. Avec Daniel Bouchard, Wilfrid Paiement et Michel Goulet dans leurs rangs, les Québécois se gagnent de nouveaux admirateurs. Au printemps 1981, le rêve de milliers d’amateurs se réalise avec la confrontation Nordiques-Canadien en première ronde des séries éliminatoires. Négligés des parieurs, les Nordiques renversent les calculs en défaisant le Tricolore en cinq rencontres, la dernière, qui est disputée au Forum de Montréal, sur le but décisif de Dale Hunter en temps supplémentaire (13 avril). À partir de là, la rivalité entre les deux organisations, propriétés de deux brasseries rivales, va s’intensifier. Elle atteindra son zénith avec la bagarre générale du Vendredi saint (20 avril 1984).La fusion entre l’Association mondiale de hockey (AMH) et la Ligue nationale de hockey (LNH) se solde par l’entrée des Nordiques de Québéc dans la LNH. Il faut remonter à 1920, et aux Bulldogs, pour voir une équipe de Québec dans la LNH. Après une première saison inégale, le dynamisme de la jeune organisation s’impose. Le 26 août 1980, le président Marcel Aubut
annonce la signature des frères Peter et Anton Stastny, deux ex-membres de la formation nationale de Tchécoslovaquie. Le 20 octobre, Michel Bergeron devient l’entraîneur des Nordiques qui inaugurent leur Colisée agrandi à 15 000 places, le 21 janvier 1981. Avec Daniel Bouchard, Wilfrid Paiement et Michel Goulet dans leurs rangs, les Québécois se gagnent de nouveaux admirateurs. Au printemps 1981, le rêve de milliers d’amateurs se réalise avec la confrontation Nordiques-Canadien en première ronde des séries éliminatoires. Négligés des parieurs, les Nordiques renversent les calculs en défaisant le Tricolore en cinq rencontres, la dernière, qui est disputée au Forum de Montréal, sur le but décisif de Dale Hunter en temps supplémentaire (13 avril). À partir de là, la rivalité entre les deux organisations, propriétés de deux brasseries rivales, va s’intensifier. Elle atteindra son zénith avec la bagarre générale du Vendredi saint (20 avril 1984). Source : Benoît Cléroux, Les Nordiques de Québec : toute l’histoire de 1972 à 1995, Montréal, Éditions de l’Homme, 2001, 415 pages.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...